Archive | août, 2013

Hey! Ho! Let’s go!

19 Août

Lire la suite

Publicités

Goodbye Brisbane

18 Août

Une première étape de mon voyage se termine. Il est temps d’explorer de nouvelles contrées et de partir à l’aventure. La vraie.

J’ai vraiment hâte, mais en même temps, cette routine que je cherche à fuir va me manquer. J’ai tout listé pour ne rien oublier.

  • La tranquilité de Brisbane, sa rivière, ses havres de paix
  • Les promenades en ville et le  centre que je connais par coeur
  • Les marchés colorés de fruits et légumes du mercredi
  • Les délicieux frozen yogurts de chez Noggi
  • La maison, mes compagnons de vie
  • Les bains de soleil au bord de la piscine
  • Les pancakes de mon petit déjeuner au soleil
  • Les cooking sessions collectives et les odeurs appétissantes de la cuisine
  • Ivan qui croque dans un navet comme dans une pomme
  • Le rire contagieux de Stephen, les fous rires collectifs
  • Apprendre le russe avec Alex, je sais dire « Bonjour, Bonne nuit, Quoi? » et presque compter jusqu’à 5
  • Les longues soirées sur la terrasse à refaire le monde et rigoler
  • Les tupperwares d’estomacs de poulet d’Ivan
  • Ecouter les milles et une histoires de Stephen
  • Ses plats dignes de grands chefs
  • Les tee-shirts improbables d’Alex
  • Le raffut de nos compagnons nocturnes les opposums
  • Les manières de Shayne et ses anecdotes pleines de nostalgie
  • Baisser et relever la cuvette des toilettes
  • Regarder des vidéos marrantes sur Youtube avec Stephen
  • Le confort de mon lit et l’immense dressing de la chambre
  • Le sourire d’Ivan
  • Les heures passées avec Alex à parler de tout et de rien
  • Ecumer les bars le samedi soir
  • Et bien sûr…

…Leslie. Ma fidèle compagne de voyage depuis le début de l’aventure. Rencontrée pour la première fois le 12 juin 2013 à l’aéroport de Roissy, on ne s’est plus quittées depuis. Mon rayon de soleil aveyronnais à l’accent chantant avec qui je partage tout depuis deux mois. Fruit du hasard, cette rencontre fait partie des plus belles choses vécues depuis que je suis ici.

Tu vas beaucoup me manquer roomie…

DSC_0191

…mais nos chemins se recroiseront quelque part en terre australe, c’est promis.

Et j’attends ma prochaine assiette d’aligot !

Leslie & l’aligot, une grande histoire d’amour :

photo 2

La paisible Brisbane river :

DSC_1271

DSC_1014

Le marché du mercredi. Des heures passées au milieu des fruits et légumes :

DSC_0366

DSC_0373

Mon péché mignon : le frozen yogurt de chez Noggi

DSC_0879

La maison, une petite bicoque sans prétention :

DSC_0153

La terrasse, théâtre de nombreuses soirées festives…

DSC_0388

20130817_074430

…qui mènent à ça : retrouver des inconnus dans son salon au petit matin :

20130817_074319

Mes pancakes au soleil :

20130815_092518

L’assiette de mon coloc Stephen, so british 🙂 :

20130802_183330

Le shot Hiroshima, une spécialité…russe ! :

20130810_224526

Awesome Roomies Night Out:

DSC_0199

Alex, Leslie & Stephen:

DSC_0188

Après plusieurs shots Hiroshima dans le sang…

DSC_0200

Funny faces contest. Stephen won:

DSC_0203

I will miss you roomies!

DSC_0225

CSC_0227

Home sweet home

8 Août

Cela fait plus de deux semaines que mon quotidien est rythmé par le rire tonitruant de mon coloc anglais, les tee-shirts de Black Sabbath et les odeurs de steaks de kangourou grillés de mes colocs russes, les anecdotes du proprio, le franglish de ma roommate, et les soirées sur la terrasse à refaire le monde et rire des tares et fiertés de nos patries respectives.

Il y a dans cette maison des personnalités et des cultures différentes, des habitudes et un mode de vie parfois radicalement opposés, mais ici tout le monde se respecte et chacun apprend de l’autre. J’ai la chance d’être tombée sur des gars très chouettes, intéressants, cultivés, avec qui je rigole énormément. J’apprends beaucoup à leurs côtés.

Ivan, mon coloc russe, le garçon le plus sérieux et le plus droit de la Terre. Rustre au premier abord, il cache derrière une masse de muscles un coeur en or. C’est le chef de la maison, grâce à lui tout est nickel car personne n’a envie de l’énerver. Du coup on est tous très disciplinés. Je crois que je n’ai jamais autant fait le ménage de ma vie depuis que je suis ici.

Alexander, mon autre coloc russe dont l’accent très prononcé provoque des fous rires à souhait. Si j’ai parfois du mal à le comprendre, on arrive à parler philosophie, littérature, histoire, et à partager les mêmes goûts pour la musique pendant des heures.

Stephen, mon coloc anglais dont les éclats de rire font trembler les murs de la maison. Quand il s’y met, c’est crise de rire collective  assurée. Un grand gaillard qui respire la joie, toujours prêt à aider et dont les talents culinaires me laissent rêveuse. Moniteur de plongée, alpiniste, entrepreneur, du haut de ses 28 ans il a déjà tout fait.

Bienvenue dans la Maison du Bonheur.

20130730_125605

20130805_104735

20130727_194110

Soirée fictive

4 Août

Dimanche 28 juillet, 9h.

J’ouvre les yeux, j’ai la tête qui tourne encore. Sous le jet d’eau froide de la douche, je rassemble les souvenirs de la soirée d’hier.

20th Century Fox, paillette et maquillage, champagne, caviar, Stevie Wonder, Pinot blanc, poésie russe, Boy Georges, Grace Jones, Edith Piaf. J’essaie de trouver un sens à tout ça. Il n’y en a pas.

Quelques heures plus tôt…Samedi 27 juillet.

Je m’apprête à rejoindre Alex, mon coloc russe, dans un bar, lorsqu’on frappe à la porte. C’est Shayne, notre proprio, l’air enjoué, il me demande de l’aider sur son projet de réalisation d’un clip de musique. Il a besoin de traduire un script en français. Un truc sorti de nulle part mais je ne peux pas refuser. Je descends à son appartement, l’étage en dessous du nôtre.

Une ambiance feutrée, une décoration soignée, je pénètre dans le temple sacré d’un couple gay. Shayne est au fourneau, mousse de crabe, coriandre, toasts, caviar, champagne. Je sors sur la terrasse, un étrange personnage me salue.

Une cinquantaine d’années maquillée par les artifices, veste de rock star, gomina et coupe à la David Bowie, des yeux d’un bleu perçant soulignés d’un trait d’eye liner noir, un teint abîmé par une overdose d’UV et de substances illicites…Extrêmement maniéré et prononçant la moitié des mots, je ne comprends qu’une phrase sur deux. Ce que je retiens, c’est qu’il est producteur de films à la 20th Century Fox.

A l’intérieur de l’appartement, mes yeux parcourent les murs de photos. Grace Jones, Boy George, Stevie Wonder, à leurs côtés cette même personne dont le visage m’est vaguement familier…C’est Shayne, notre proprio ! Mais 25 ans en arrière, 10 kilos en moins et avec un look largement inspiré de ses idoles (Boy G. & Grace J.).

Des anecdotes, des histoires surprenantes et insensées, les heures défilent, les bouteilles de champagne et de Pinot blanc aussi. On refait le monde, on boit, on rit. Shayne, chanteur professionnel dans sa jeunesse me chante « La Vie en Rose » dans un français parfait. J’applaudis, le regard luisant, je regarde avec émotion cet homme rongé par la nostalgie d’une époque dont il n’arrive pas à guérir.

En montant me coucher, je croise mon coloc Alex qui revient de soirée. Il commence à me lire des poèmes d’amour russes qu’il essaie de traduire en français.

Fiction ou réalité ? Ivre de fatigue, je me laisse tomber dans les bras de Morphée.